Littérature française

Jean de La Bruyère – Révolutions à venir

Publié par le Mar 2, 2022 dans | Aucun commentaire

Les caractères « Des jugements »   107 Si le monde dure seulement cent millions d’années, il est encore dans toute sa fraîcheur, et ne fait presque que commencer ; nous-mêmes nous touchons aux premiers hommes et aux patriarches, et qui pourra ne nous pas confondre avec eux dans des siècles si reculés ? Mais si l’on […]

Jean de La Bruyère – Un animal raisonnable ?

Publié par le Mar 2, 2022 dans | Aucun commentaire

Les caractères « Des jugements »   119. (…) J’entends corner sans cesse à mes oreilles : L’homme est un animal raisonnable. Qui vous a passé cette définition ? Sont-ce les loups, les singes et les lions, ou si vous vous l’êtes accordée à vous-mêmes ? C’est déjà une chose plaisante que vous donniez aux animaux, vos […]

Jean de La Bruyère – Les barbares

Publié par le Mar 2, 2022 dans | Aucun commentaire

Les caractères « Des jugements »   22. Si les ambassadeurs des princes étrangers étaient des singes instruits à marcher sur leurs pieds de derrière, et à se faire entendre par interprète, nous ne pourrions pas marquer un plus grand étonnement que celui que nous donne la justesse de leurs réponses, et le bon sens qui paraît […]

Jean de La Bruyère – Animaux farouches

Publié par le Mar 2, 2022 dans | Aucun commentaire

Les caractères « De l’homme »   128. L’on voit certains animaux farouches, des mâles et des femelles, répandus par la campagne, noirs, livides et tout brûlés du soleil, attachés à la terre qu’ils fouillent et qu’ils remuent avec une opiniâtreté invincible ; ils ont comme une voix articulée, et quand ils se lèvent sur leurs pieds, […]

Jean de La Bruyère – Grands et petits

Publié par le Mar 2, 2022 dans | Aucun commentaire

Les caractères « Des grands »   5. On demande si en comparant ensemble les différentes conditions des hommes, leurs peines, leurs avantages, on n’y remarquerait pas un mélange ou une espèce de compensation de bien et de mal, qui établirait entre elles l’égalité, ou qui ferait du moins que l’un ne serait guère plus désirable que […]

Jean de La Bruyère – Le parfait courtisan

Publié par le Mar 2, 2022 dans | Aucun commentaire

Les caractères « De la cour »   62. N’espérez plus de candeur, de franchise, d’équité, de bons offices, de services, de bienveillance, de générosité, de fermeté dans un homme qui s’est depuis quelque temps livré à la cour, et qui secrètement veut sa fortune. Le reconnaissez-vous à son visage, à ses entretiens ? Il ne nomme […]

Jean de La Bruyère – Vacuité urbaine

Publié par le Mar 2, 2022 dans | Aucun commentaire

Les caractères « De la ville »   20. Pénible coutume, asservissement incommode ! Se chercher incessamment les unes les autres avec l’impatience de ne se point rencontrer ; ne se rencontrer que pour se dire des riens, que pour s’apprendre réciproquement des choses dont on est également instruite, et dont il importe peu que l’on soit […]

Jean de La Bruyère – Le riche et le pauvre

Jean de La Bruyère – Le riche et le pauvre

Publié par le Mar 2, 2022 dans | Aucun commentaire

Les caractères « Des biens de fortune »   83. Giton a le teint frais, le visage plein et les joues pendantes, l’œil fixe et assuré, les épaules larges, l’estomac haut, la démarche ferme et délibérée. Il parle avec confiance ; il fait répéter celui qui l’entretient, et il ne goûte que médiocrement tout ce qu’il lui […]

Jean de La Bruyère – Les âmes sales

Publié par le Mar 2, 2022 dans | Aucun commentaire

Les caractères « Des biens de fortune »   58. Il y a des âmes sales, pétries de boue et d’ordure, éprises du gain et de l’intérêt, comme les belles âmes le sont de la gloire et de la vertu ; capables d’une seule volupté, qui est celle d’acquérir ou de ne point perdre ; curieuses et […]

Jean de La Bruyère – Parler et offenser

Publié par le Mar 2, 2022 dans | Aucun commentaire

Les caractères « De la société et de la conversation »   27. Parler et offenser, pour de certaines gens, est précisément la même chose. Ils sont piquants et amers ; leur style est mêlé de fiel et d’absinthe : la raillerie, l’injure, l’insulte leur découlent des lèvres comme leur salive. Il leur serait utile d’être nés […]